Conseil pratique n°2 ⤇ Le choix du terrain

Après vous avoir parlé plus en détail du Contrat de Construction d’une Maison Individuelle (CCMI) dans la première vidéo de notre série « Conseils Pratiques », voici l’édition numéro 2 ! Nous vous parlons aujourd’hui du choix du terrain pour un projet de construction.

Bien choisir son terrain est primordial lorsque l’on souhaite construire sa maison. En effet, sa nature, ses données administratives et sa localisation, entre-autres, déterminent la configuration de votre future maison.
Premièrement, comment trouver la perle rare ? Vous pouvez dans un premier temps rechercher de chez vous, via internet, sur des sites d’annonces comme SeLoger, Pàp et leboncoin, entre-autres. De nombreuses annonces terrains sont publiées chaque jour, à vous de commencer à faire du tri selon vos envies. En parallèle, vous pouvez également consulter les services d’urbanisme en mairies et les agences immobilières autour de chez vous ou dans le secteur souhaité pour votre projet. Vous pouvez également consulter des constructeurs de maisons individuelles, qui grâce à leur partenaires fonciers peuvent vous proposer des terrains.
Deux options s’offrent à vous. Vous pouvez choisir un terrain en lotissement ou un terrain en diffus. Pour le terrain en lotissement, il faudra que votre maison respecte un cahier des charges, mais vous aurez peu de démarches à réaliser (terrain déjà viabilisé par exemple). Concernant le terrain en diffus, vous êtes plus libre concernant votre construction, cependant il se peut que vous ayez des démarches à faire, comme viabiliser le terrain. Pour info, viabiliser le terrain veut dire le raccorder aux différents réseaux (eau, électricité, gaz, téléphone, assainissement, etc.).
Enfin, lorsqu’un terrain vous plait, vous pouvez consulter gratuitement en mairie ou sur internet le PLU (Plan Local d’Urbanisme). Ce document fixe les règles d’urbanisme de la commune (zones constructibles, CES, prescriptions architecturales comme les couleurs des tuiles ou des crépis autorisés, etc.). Pour info, le CES ou Coefficient d’Emprise au Sol détermine la surface au sol maximale constructible sur le terrain. Vous pouvez également demander gratuitement le certificat d’urbanisme du terrain, en mairie toujours. Il vous permet de savoir si le projet que vous souhaitez construire est réalisable sur ce terrain.
*Point Budget* – attention, au prix d’acquisition du terrain, il vous faudra éventuellement ajouter : des frais de notaire d’environ 8 %, une étude géologique d’environ 1 200-1 700 € et la viabilisation du terrain d’environ 10 000 €.
En bref, bien connaitre la configuration de la parcelle et ses données administratives vous permet de choisir le bon terrain, adapté à votre projet de construction.

À bientôt pour un nouveau conseil pratique !

Vous avez un projet de construction dans le Rhône, l’Ain ou l’Isère ? Venez nous en parler !

0 172

Laisser un commentaire